Santé & sécurité

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Risques professionnels

Serious game : la gamification au service des entreprises

par

De plus en plus plébiscité par les entreprises, le serious game, ou jeu sérieux, allie ressorts ludiques (« game ») et fins utilitaires (« serious »), telles que la diffusion et le partage d’informations ou la formation. De quelle manière sont-ils introduits dans les entreprises ? Pour répondre à quels besoins ?

Un outil en plein essor

Le marché du travail des pays occidentaux s’est transformé progressivement, passant d’une économie industrielle à une économie de service et d’expertise, ce qui a profondément impacté la nature des emplois, les modes de recrutement et d’organisation du travail, mais aussi les attentes des salariés. Les entreprises portent donc un intérêt croissant aux notions de motivation et d’engagement, propices à la productivité et au bien-être des salariés.

Les apports des neurosciences et des sciences humaines nous permettent de mieux comprendre les leviers de l’engagement. Il apparait que le format ludique correspond à ses nécessités en créant un état de flow chez le participant (l’état psychologique optimal qui s’établit quand un individu est complètement immergé dans une action), et en attisant la curiosité et la compétition ou la coopération entre les participants.

Le serious game semble être l’outil idéal pour répondre aux transformations des aspirations sociétales : faire coïncider les besoins des entreprises et des individus qui y travaillent tout en répondant à la tendance de la gamification ou ludification.

Un outil multimodal et multiusage

Il semble aussi que la multiplicité des usages et des modes de mise en œuvre contribuent grandement au succès des serious games.

Les entreprises du CAC 40 et les PME y ont souvent recours à des fins de formation, pour développer les compétences aussi bien techniques (chirurgie, manutention, logistique, etc.) que relationnelles (conduire la gestion d’une crise, effectuer un entretien d’évaluation, etc.). D’autres entreprises ont également recours aux jeux sérieux pour diffuser des informations stratégiques, à des fins promotionnelles ou encore pour optimiser les recrutements.

Attractifs et efficaces pour traiter des sujets aussi subtils que variés, les serious games permettent également une grande variété de médias et de canaux de diffusion. Les différentes formes de e-learning séduisent de plus en plus d’entreprises, car elles peuvent être diffusées massivement (à l’ensemble des salariés de l’entreprise) ou de manière plus ciblée (des équipes spécifiques, des salariés dispatchés sur le territoire). Parmi les jeux virtuels, on peut aussi citer les jeux d’immersion dans lesquels le joueur interagit avec l’environnement du jeu par l’intermédiaire d’un avatar. Enfin, de nombreuses entreprises misent sur l’utilisation de jeux non virtuels tels que des jeux de plateaux (type jeu de l’oie, par exemple) ou les jeux de rôle avec des mises en situation ciblées.

De la mise en place au succès

La création d’un jeu sérieux nécessite des compétences propres au game design (scénarisation, ergonomie), voire de codage et d’informatique. Ces exigences font que peu d’entreprises se lancent dans la création interne. Si elle permet de capitaliser les expertises des salariés à moindre coût, la mise en œuvre peut être difficile pour une équipe novice en la matière. Les organisations n’hésitent donc pas à faire appel à des spécialistes pour concevoir des jeux sur mesure. Les éditeurs développent également des jeux disponibles « sur étagère » avec des options de customisation. D’autres optent pour une co-conception, ce qui peut impliquer un partage de la propriété intellectuelle du jeu édité.
Pour maximiser l’impact de leurs jeux sérieux, les entreprises doivent aussi accompagner leur mise en place technique et leur diffusion. Certaines entreprises les associent à des forums ou à des temps de partage présentiels, des FAQ (Frequently Asked Questions) disponibles sur l’intranet ou en font la promotion via les réseaux sociaux.

Outre l’efficience de la mise en œuvre et de son accompagnement, le succès d’un serious game tiendra à la rencontre entre la vision selon laquelle il a été conçu et l’écosystème professionnel dans lequel il sera utilisé.


Sources :
Djaouti, D. (2011) Serious Game Design : considérations théoriques et techniques sur la création de jeux vidéo à vocation utilitaire.
Michel, H. & Mc Namara, P. (2014). Serious Games : Faites vos jeux !. Systèmes d'information & management, volume 19,(3), 3-8.
Allal-Chérif, O., Makhlouf, M. & Bajard, A. (2014). Les serious games au service de la gestion des ressources humaines : une cartographie dans les entreprises du CAC40. Systèmes d'information & management, volume 19,(3), 97-126.
Alvarez, J., Plantec, J-Y., Vermeulen, M. (2012). Quels accompagnements associer au serious game ? 8ème Colloque Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement, Lyon.