Santé & sécurité

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Quelle prévention des risques professionnels pour les intérimaires ?

Publié le par dans risques professionnels

Dans une récente analyse sur les conditions de travail des ouvriers intérimaires, la DARES met en évidence des spécificités dans l’exposition de ces salariés aux risques professionnels. Le constat majeur porte sur l’insuffisance de la prévention pour les travailleurs temporaires. Découvrez quelques pistes pour travailler sur ce champ.

Intérimaires : quelle exposition aux risques ?

L’analyse de la DARES rappelle que 80 % des intérimaires sont ouvriers et travaillent souvent dans des secteurs à risques professionnels élevés tels que le BTP et la logistique.

Etude DARES sur l'exposition des intérimaires aux risques professionnels, octobre 2018

Trois facteurs de risques sont étudiés.

Contraintes physiques

Deux types d’exposition ressortent plus fortement toutes choses égales par ailleurs :

  • le travail répétitif plus de 10 heures par semaine ;
  • les vibrations des bras et épaules.

Risque chimique

La courte durée des missions d’intérim complexifie pour les médecins du travail la possibilité d’une connaissance approfondie des situations de travail concernées. Il y a donc une probable méconnaissance de l’exposition des intérimaires aux produits chimiques, dont les agents cancérigènes.

Rythmes de travail et facteurs de RPS

Le rythme de travail des ouvriers intérimaires est 2 fois plus contraint que l’ensemble de leurs pairs par le déplacement automatique d’un produit ou la cadence automatique d’une machine.
Pour le reste, leur exposition aux facteurs de risques psychosociaux est de nature différente de celle de leurs collègues :

  • moins d’autonomie et une insécurité socio-économique plus forte ;
  • une demande psychologique moins élevée et un moindre manque de reconnaissance.
Important
Le principal enseignement de cette analyse est net : la prévention est plus faible pour les ouvriers intérimaires que pour l’ensemble des salariés pratiquant les mêmes activités.
Les médecins du travail sont plus nombreux à juger la prévention « mauvaise » ou « très mauvaise » les concernant, notamment pour les risques organisationnels et les risques physiques.
Les réponses des médecins du travail sur le risque chimique mettent en évidence un moins bon suivi de leur santé et une utilisation moindre des protections individuelles ou collectives.

Intérimaires : quel cadre réglementaire pour la prévention ?

Pendant la durée de la mission, l’entreprise utilisatrice est responsable de la santé et de la sécurité au travail des intérimaires (Code du travail, art. L. 1251-21).
En particulier, l’entreprise utilisatrice :

L’entreprise de travail temporaire, pour sa part, conclut avec l’intérimaire un contrat précisant les caractéristiques particulières du poste et les équipements de protection individuelle nécessaires (C. trav., art. L.1251-43).

En outre, il est interdit d’affecter les travailleurs intérimaires à une liste de travaux définie par la réglementation et relevant principalement de l’exposition à certains agents chimiques dangereux ou aux rayonnements ionisants (C. trav., art. D4154-1).

Intérimaires : quelles bonnes pratiques de prévention pour l’entreprise utilisatrice ?

La première action possible est de faire le point avec l’entreprise de travail temporaire sur :

  • les formations nécessaires pour la sécurité ;
  • le suivi médical, notamment si une surveillance médicale renforcée est nécessaire.

De manière générale, il est conseillé de renforcer sa vigilance à l’arrivée d’un travailleur intérimaire pour qu’il ne soit pas oublié dans les actions de prévention.
Il est recommandé d’instituer :

  • un accueil sécurité ;
  • un tutorat incluant la dimension prévention ;
  • un parcours d’intégration dans l’équipe proportionné à la durée de la mission.

Ces éléments peuvent faciliter l’utilisation des équipements de protection et le partage des bonnes pratiques de prévention.

Pour en savoir plus sur la prévention des facteurs de risques des intérimaires, les Editions Tissot vous conseillent leur documentation « Schémas commentés en Santé et Sécurité au travail » qui contient une fiche dédiée au sujet.


DARES Analyses n° 2018-045 - Les ouvriers intérimaires sont-ils plus exposés aux risques professionnels ?