Santé & sécurité

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Risques professionnels

Prévention des conduites addictives en milieu de travail : la 3e journée nationale a eu lieu !

Publié le 13/06/2018 à 08:20 par

C’est le 17 mai qu’a eu lieu la 3e journée nationale de prévention des conduites addictives en milieu de travail. Cette année, elle avait pour thème : « Alcool et travail : parlons-en ! ». Après le tabac, l’alcool est en effet la substance psychoactive la plus consommée. 16,4 % des actifs occupés déclarent ainsi consommer de l’alcool sur le lieu de travail en dehors des repas et des pots (Baromètre santé 2010 INPES).

Alcool et travail : pourquoi en parler ?

Parce qu’il s’agit d’un sujet tabou… En témoigne la polémique récente faisant suite aux propos tenus par la ministre de la Santé, Agnès Buzin, qui, en s’attirant les foudres, affirmait que, « scientifiquement, le vin est un alcool comme les autres ».

En introduisant la journée sur le thème « Entre idées reçues et réalités scientifiques : comment changer le regard de la société sur l’alcool ? », le professeur Falissard a rappelé que « l’alcool est un toxique, tout le monde le sait ». Alors, faut-il libérer la parole ?

La Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Pratiques Addictives (MILDECA) a en tout cas organisé cette journée en encourageant cette voie. Sujet d’actualité puisque le 3e plan santé sécurité au travail 2016-2020 aborde la question (action 2. 11) et qu’un plan gouvernemental de mobilisation contre les addictions 2018-2010 est en cours d’élaboration.

Adoption du 3e plan santé sécurité au travail

S’agissant de l’alcool, la mobilisation n’est pas, selon la MILDECA, à la hauteur des enjeux sanitaires et politiques, contrairement au tabac. Non sans une certaine note d’humour, le président de cet organisme a évoqué le vin, le cidre ou le poiré… Alcools qui étaient autorisés sur le lieu de travail, de manière très « made in France ».

Les tables rondes de la Journée « Alcool et travail »

3 tables rondes étaient organisées au cours de la journée nationale de prévention des conduites addictives en milieu de travail :

  1. Du tabou à l’enjeu collectif de santé au travail : comment changer le regard des milieux professionnels sur les consommations d’alcool ?
  2. Prévenir, accompagner et soigner, c’est possible
  3. Entreprises, services publics, tous mobilisés

Il a été rappelé que si le fait d’avoir une activité professionnelle a globalement un effet protecteur sur la santé du salarié, l’environnement du travail et les conditions de travail peuvent avoir un impact sur la consommation d’alcool…

La manifestation a aussi été l’occasion d’actualiser les connaissances à partir de données scientifiques récentes et de faire témoigner les acteurs du monde du travail, entreprises, administrations, collectivités locales, etc.

La question du dépistage par éthylotest a ainsi été abordée, tout comme celle liée au secret médical auquel est tenu le médecin du travail ou encore l’approche managériale autour de cette question.

Pour accompagner le changement de culture, l’un des objectifs serait de passer d’une logique de dépistage et de sanction au profit d’une démarche alliant prévention et accompagnement, individuels et collectifs.

Les acteurs de l’entreprise peuvent maintenant accéder à l’intégralité des interventions de la journée et à une documentation très riche sur le site dédié.

Notons pour finir que la MILDECA vient de saisir la plateforme RSE de France Stratégie qui devra, avant le 30 novembre 2018, proposer des mesures permettant d’encourager les entreprises à s’engager dans des démarches volontaires pour réduire les consommations à risque d’alcool, de tabac et de stupéfiants.

Pour ne pas fermer les yeux et parler ouvertement des dangers des addictions, les Editions Tissot vous proposent leurs « Dépliants conduites addictives ».

Vous avez une question en droit du travail ? Notre service d'experts peut vous fournir une information réglementaire adaptée par téléphone.

Rendez-vous sur Tissot Assistance Juridique pour obtenir un complément d'information et souscrire à l'offre.