Santé & sécurité

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Risques professionnels

Nanomatériaux : le point sur les risques et la prévention

par

Nanoparticules, nanotubes, dioxyde de titane. Les nanomatériaux sont de plus en plus utilisés dans l’industrie et posent de nombreuses questions en termes de risques professionnels : quelles situations d’exposition, quels dangers pour la santé, quel cadre légal, quelles mesures de prévention ? Nous vous proposons une plongée dans le nanomonde pour y voir plus clair.

Nanomatériaux : définition

Un nanomatériau contient au moins 50 % de particules dont une ou plusieurs dimensions se situent entre 1 nm et 100 nm. Selon la forme ou la structure, on parle de nanoparticules, de nanotubes, de nanofeuillets ou de matériaux nanostructurés.

Du dioxyde de titane aux nanotubes de carbone en passant par les particules ultra-fines ou les fumées de soudage, le nanomonde inclut de nombreux composants.

Chimie, télécommunications, aéronautique : un nombre croissant d’entreprises est concerné.

Notez-le
Deux types d’expositions existent :
1. Lors de la fabrication ou de l’utilisation de nanomatériaux. Il faut alors être vigilant à chaque étape, de la réception des matières premières à l’expédition.
2. Lors de procédés pouvant générer des particules ultra-fines, tels que ponçage ou découpe de métaux au laser.

Nanomatériaux : risques pour la santé

Il est à ce jour impossible de prédire les effets d’un nanomatériau du fait de la multiplicité des paramètres influençant la toxicité : composition chimique, taille, forme, structure…

Cependant, un nombre croissant d’études permet de supposer :

  • des effets inflammatoires, respiratoires, cardiovasculaires ou neurologiques ;
  • que les objets nanométriques sont plus toxiques que les objets micro et macroscopiques de même nature chimique.

Par ailleurs, deux composés parmi les plus utilisés dans les nanotechnologies sont classifiées cancérogènes possibles par le centre international de recherche sur le cancer (CIRC) : le dioxyde de titane et le noir de carbone.

Santé publique France a récemment lancé une étude épidémiologique, Epinano, pour mieux connaître et anticiper ces effets.

Nanomatériaux : le cadre réglementaire

Compte tenu de la nature des nanomatériaux, les règles applicables sont la déclinaison au risque chimique des principes généraux de prévention (Code du travail, art. R. 4412-1 à R. 4412-58), et notamment :

  • principe de substitution ;
  • prédominance de la protection collective sur la protection individuelle ;
  • formation et information des salariés ;
  • suivi médical.

Les règles particulières relatives aux agents cancérogènes sont également à prendre en compte (C.trav., art. R. 4412-59 à R. 4412-93).

Nanomatériaux : comment prévenir les risques ?

Les nanomatériaux pénètrent l’organisme principalement par inhalation. L’essentiel des mesures de prévention se base donc sur ce vecteur.

Attention
Le suivi de l’exposition des salariés aux nanomatériaux est complexe. D’une part, aucune méthode de mesure de l’exposition ne fait consensus. D’autre part, la réglementation française ne définit pas de valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP). En outre, la toxicité dépend de la composition chimique du nanomatériau utilisé.
Le principe est donc de toujours rechercher le plus bas niveau d’exposition possible.

Pour limiter l’exposition, plusieurs mesures de prévention sont possibles et notamment :

  1. manipuler les nanomatériaux sous forme de liquide ou de gel afin de limiter la formation de nano-aérosols ;
  2. éliminer ou limiter certaines opérations critiques telles que le transvasement ou la pesée ;
  3. limiter l’accès aux zones concernées aux personnes formées ;
  4. capter les polluants à la source et filtrer l’air avec des filtres à fibres à haute performance ;
  5. mettre à disposition des masques filtrants de classe 3 ;
  6. collecter et traiter les déchets ;
  7. informer et former les salariés, en concertation avec le service médical ;
  8. échanger avec le service de santé au travail pour les modalités de suivi médical des personnes exposées.

Toutes les situations d’exposition doivent être intégrées, y compris le stockage et la maintenance.