Santé & sécurité

  1. Accueil
  2. Santé & sécurité
  3. Actualités
  4. ST

Actualités

Risques professionnels

Equilibre entre vie professionnelle et personnelle : la question de la garde parentale

Publié le 25/10/2017 par

Une récente étude démontre que parmi les parents « biactifs » de jeunes enfants, 6 sur 10 travaillent l’un et l’autre, en journée entre 8H et 19H en semaine et que donc les emplois du temps se superposent au moins partiellement. Les horaires décalés ou alternants, bien qu’ils soient moins flexibles, favorisent la garde parentale. Comment l’organisation du temps de travail parental influence la disponibilité auprès des jeunes enfants ?

Influence de l’organisation professionnelle dans la garde parentale : la place du père

En semaine, les couples ayant un enfant de moins de 3 ans accordent en moyenne 70 % de leur temps disponible à sa garde et jusqu’à 80 % si la mère travaille tôt en matinée ou de nuit. Les trois quarts du temps de disponibilité sont consacrés à l’enfant pour les mères alors que les pères y consacrent moins de 60 %.

Les pères accordent moins de temps aux tâches parentales cependant ils apparaissent plus impliqués lorsque les horaires sont désynchronisés de ceux des mères. Lorsque ceux-ci ont une faible durée de travail hebdomadaire, travaillent à domicile ou ont des horaires décalés ou alternants, ils consacrent alors en moyenne 2H40 par jour aux enfants. C’est le cas dans trois couples biactifs sur dix où les pères assurent la majorité du temps de la garde parentale.

Notez-le
Cette moyenne reste inférieure d’une heure dix au temps accordé par les mères lorsqu’elles assument majoritairement la garde.

Certaines modalités d’organisation du temps de travail, choisies ou subies, influenceraient donc la garde parentale notamment quand les mères ont des horaires atypiques (tôt le matin, le soir ou de nuit). Les pères assureraient un rôle de relais dans la garde des jeunes enfants.

Equilibre de la vie professionnelle et personnelle : la durée hebdomadaire du travail parental

Les emplois du temps professionnel sont étroitement liés au poste occupé et au niveau d’études. Ils se différencient essentiellement par le caractère plus ou moins régulier et modifiable de leurs horaires Un déterminant important de la participation à la garde parentale est la durée hebdomadaire du travail.

La superposition des horaires de conjoints est peu propice à la garde parentale en journée. Un peu plus de la moitié des couples biactifs ayant de jeunes enfants non scolarisés doivent recourir à une garde. Les rythmes d’activité des parents d’un très jeune enfant sont, dans l’ensemble, proches de ceux n’en n’ayant pas sauf que dans ce cas, les mères sont relativement plus nombreuses à travailler à temps partiel. Les emplois du temps sont ordinaires dans 63 % des couples où la mère est à temps complet et dans 60 % des couples où elle est à temps partiel (avec un mercredi allégé).

Lorsque les caractéristiques des horaires sont contrôlées, la probabilité que le père soit le parent passant le plus de temps avec l’enfant est significativement plus élevée lorsque le père travaille en matinée ou en soirée. Cet indicateur est plus faible lorsque la mère travaille à temps partiel et que son compagnon a une activité professionnelle de nuit ou a des horaires étendus.

Le temps disponible des parents est d’autant plus réduit que le temps professionnel et le temps de trajet pour se rendre au travail sont importants.

Toutefois, des horaires ordinaires facilitent, à priori, l’accès à des lieux d’accueil collectifs (crèche, halte-garderie, etc.) ou le recours à une assistante maternelle alors que des horaires décalés sont moins souvent compatibles avec les horaires de ces modes de garde formels.

Etude DARES sur l’articulation des temps parental et professionnel au sein des couples

DARES Analyses, n° 58, septembre 2017 « L’articulation des temps parental et professionnel au sein des couples : quelle place occupée par les pères ? »