Santé & sécurité

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Sécurité et santé au travail

Conduites addictives au travail : de nouvelles ressources de prévention

par

Le portail addictaide.fr/travail a été récemment mis en ligne par le Fonds actions addictions. Soutenu par le ministère du Travail et la mission interministérielle de lutte contre les conduites addictives, il rassemble les informations sur la prévention et la prise en charge des addictions en milieu de travail. L'occasion de faire le point sur le sujet.

Conduites addictives : de quoi parle-t-on ?

L'addiction se caractérise par l'impossibilité répétée de contrôler un comportement et la poursuite de celui-ci malgré la connaissance des conséquences négatives.

Une conduite addictive peut être liée :

  • à une substance psychoactive, dont tabac, alcool, drogues ou médicaments ;
  • à un comportement, tel que technodépendance, addiction au travail ou aux jeux en ligne.

Le saviez-vous ?

L’alcool, le cannabis et les médicaments psychotropes sont les substances psychoactives les plus consommées en entreprise. Tous les secteurs d'activité sont concernés :

  • près d'un salarié sur 6 déclare consommer de l'alcool sur le lieu de travail, hors repas et pots (baromètre santé 2010 de l'INPES) ;
  • 9 % des salariés ont consommé du cannabis dans l'année (baromètre santé 2014 de l'INPES).

Conduites addictives au travail: conséquences sur la santé

La consommation de substances psychoactives diminue la vigilance et les réflexes et modifie les capacités de raisonnement. Elle peut être à l'origine d'accidents de travail, notamment routiers, ou de violences internes au travail.

D'autres effets sur la santé existent, selon l'addiction : perturbation du sommeil, cancer, pathologies cardiovasculaires, dépression, anxiété, troubles de la mémoire, etc.

L'employeur doit donc agir en prévention, au titre de son obligation en matière de santé et de sécurité au travail (Code du travail, art. L. 4121-1)

Conduites addictives au travail: cadre légal

La direction doit évaluer dans le document unique des risques liés aux conséquences des pratiques addictives, dont les consommations occasionnelles, et prendre les mesures de prévention adaptées.

De plus, aucun alcool autre que le vin, la bière, le cidre et le poiré n'est autorisé sur le lieu de travail (C. trav., art. R. 4228-20) et il est interdit de laisser entrer ou séjourner dans les lieux de travail des personnes en état d'ivresse (C. trav., art. R. 4228-21).

Certaines mesures prises doivent être inscrites dans le règlement intérieur, en veillant à ce qu'elles soient proportionnées et justifiées du point de vue de la sécurité.

Selon l'entreprise et ses activités, il est possible :

  • d'encadrer les pots d'entreprise ;
  • d'interdire tout ou partie de l'alcool sur le lieu de travail, si les risques rencontrés sur les postes de travail le justifient ;
  • d'établir une liste des postes de sûreté et sécurité sur lesquels prévoir un test de dépistage de consommation d'alcool ou de drogues.

Conduites addictives au travail: comment les prévenir ?

Une démarche efficace mixe prévention collective et prise en charge des cas individuels :

  1. constituer un comité de pilotage pluridisciplinaire incluant des managers, le DRH, des représentants du personnel et le service de santé au travail ;
  2. prévoir le cadre d'action : encadrement de la consommation d'alcool, amélioration des conditions de travail, conduite à tenir face à un salarié ne pouvant pas assurer son travail en toute sécurité, etc. ;
  3. définir des indicateurs d'alerte et de suivi ;
  4. former les acteurs de la prévention, notamment les managers sur la conduite d'entretiens avec les salariés en situation difficile ;
  5. sensibiliser chacun sur les risques liés aux pratiques addictives, sur le cadre applicable dans l'entreprise et sur les actions de prévention.
Notez-le
Le service de santé au travail est un acteur central. Il a un rôle de conseil de l'employeur pour prévenir la consommation d'alcool et de drogue sur le lieu de travail (C.trav., art. L. 4622-2). Le médecin du travail peut communiquer, dans le respect du secret médical, des statistiques relatives aux consommations de substances psychoactives.

Pour agir concrètement sur la prévention des conduites addictives, les Editions Tissot vous conseillent leur « Dépliant conduites addictives ».