Santé & sécurité

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Conditions de travail : à la croisée de la pénibilité et des risques psychosociaux

Publié le par dans Risques psychosociaux.

Dans une synthèse de l’enquête « conditions de travail et risques psychosociaux » de 2016, la DARES s’intéresse aux contraintes physiques et à l’intensité de travail. Des vibrations et poussières à la charge mentale, cette enquête est l’occasion de faire le point sur des éléments essentiels pour la prévention de la pénibilité et des risques psychosociaux.

Des contraintes physiques plus fréquentes chez les ouvriers

Au travers de l’analyse des contraintes physiques, l’enquête met en lumière l’exposition à différents facteurs de risques professionnels nécessitant un suivi spécifique (Code du travail, art. L. 4161-1).

Ainsi, l’enquête met en évidence que :

  • 66 % des ouvriers sont exposés à des fumées et des poussières ;
  • 61% des salariés dans les secteurs de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche travaillent au contact de produits chimiques dangereux ;
  • 65,9 % des ouvriers ont un travail répétitif.

Plusieurs facteurs d’ambiance, à prendre en compte pour le bien-être des salariés, sont également scrutés dans cette enquête :

  • 43 % des ouvriers et 54 % des salariés du secteur « agriculture, sylviculture et pêche » sont exposés aux vibrations ;
  • 32 % des ouvriers déclarent n’entendre une personne à 2 ou 3 mètres que si celle-ci élève la voix du fait du bruit dans leur environnement de travail.

L’intensité du travail, un facteur majeur de risques psychosociaux

L’intensité du travail regroupe différentes notions allant de la quantité de travail excessive aux demandes contradictoires en passant par les contraintes de rythme. Un volume de travail élevé dans un temps réduit augmente le risque d’apparition de troubles anxieux et dépressifs.

L’exposition aux déterminants de l’intensité du travail dépend notamment de la catégorie socio-professionnelle.

Les ouvriers sont concernés par :

  • un rythme de travail imposé par des délais de production ou des contraintes techniques ;
  • la nécessité d’une attention et d’une vigilance continue pour 61 % d’entre eux.

Chez les cadres et professions intermédiaires, les principales contraintes sont :

  • le rythme de travail imposé par une demande extérieure exigeant une réponse immédiate ;
  • le fait de devoir abandonner sa tâche pour une autre non prévue, pour 74 % d’entre eux ;
  • les ordres contradictoires, ce qui complique le travail et constitue une charge supplémentaire ;
  • la charge de travail jugée excessive et le fait de devoir travailler souvent sous pression ;
  • le fait de penser à trop de choses à la fois, pour 56 % des cadres.
Rappel
L’employeur doit s’assurer régulièrement que la charge de travail des cadres au forfait est raisonnable et permet une bonne répartition dans le temps de son travail (C. trav., art. L. 3121-60).

Contraintes physiques et intensité du travail : une prévention perfectible

L’étude de la DARES aborde également le sujet de la sensibilisation des salariés aux risques pour leur santé et leur sécurité.

Cet aspect est perfectible. Ainsi :

  • à peine plus d’un tiers des travailleurs ont reçu une information sur les risques ;
  • moins de la moitié connaissent le contenu de leur document unique d’évaluation des risques.

Bien que ces constats touchent à l’ensemble des risques professionnels, ils concernent a fortiori les contraintes physiques et les risques psychosociaux.

Le quatrième principe général de prévention constitue un guide pertinent pour traiter ces sujets : « Adapter le travail à l'homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé » (Code du travail, art. L. 4121-2).

Les entreprises peuvent notamment :

  • agir sur l’organisation du travail, par exemple en réduisant le reporting et les tâches redondantes ;
  • prévoir des dispositifs de régulation de la charge de travail ;
  • être en vigilance et réagir en cas d’alerte venant d’un salarié.

Vous souhaitez identifier, comprendre et prévenir les risques psychosociaux ? Les Editions Tissot vous conseillent leur documentation « Risques psychosociaux ».


Synthèse de la DARES, contraintes physiques et intensité du travail, février 2019