Santé & sécurité

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Affections psychiques au travail : de la connaissance à la prévention

Publié le par dans risques psychosociaux

Les troubles psychosociaux peuvent se traduire par de l’absentéisme ou de la maladie ordinaire, difficile à analyser pour les entreprises. La récente publication de l’Assurance Maladie sur les affections psychiques liées au travail permet de mieux cerner le sujet. De la connaissance à la prévention en passant par le cadre légal, cap sur les troubles psychosociaux.

Affections psychiques au travail : qui est concerné ?

Les troubles psychosociaux, ou affections psychiques liées au travail concernent principalement trois secteurs d’activité en lien avec le public : le secteur médico-social, le transport de personnes et le commerce de détail.

D’après l’étude de l’assurance maladie de janvier 2018 sur le sujet, les femmes sont davantage impactées que les hommes, ce qui semble cohérent avec une plus forte exposition aux risques psychosociaux relevée dans les données 2017 du programme SAMOTRACE.

Avec des niveaux de contraintes différents, tous les cadres d’emploi sont concernés : employés, techniciens, agents de maîtrise, et cadres.

Affections psychiques au travail : des maladies professionnelles

Comme le sujet du burnout a permis de le rappeler, il n’existe pas de tableau de maladie professionnelle pour les affections psychiques, tout travail étant potentiellement générateur de risques psychosociaux.

Leur reconnaissance nécessite donc un dossier transmis en comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP), avec un taux d’incapacité prévisible d’au moins 25 %.

En 2016, 596 affections psychiques ont été reconnues comme maladies professionnelles (fois 7 en 5 ans), soit 50 % des dossiers transmis au CRRMP. Pour 2017, le nombre de demandes de reconnaissance devrait avoisiner les 1500.

Il s’agit de troubles anxieux, de cas d’épisodes dépressifs ou encore de réactions à un facteur de stress sévère.

Ces troubles, assez lourds, engendrent une durée moyenne d’arrêt de 400 jours.

Affections psychiques : des accidents du travail

L’assurance maladie souligne que :

  • plus de 10 000 affections psychiques ont été reconnues en 2016 comme accidents du travail, soit 1,6 % des accidents du travail avec arrêt ;
  • 3500 accidents de trajet sont également concernés ;
  • entre 10 et 30 suicides sont reconnus chaque année en accident du travail.

Les conséquences de ces accidents sont une durée moyenne d’arrêt de travail de 112 jours et, dans 7,5 % des cas, une incapacité permanente.

Affections psychiques au travail : vers une meilleure prévention

Les entreprises doivent protéger la santé mentale de leurs salariés (Code du travail, art. L. 4121-1) en s’appuyant sur l’évaluation des risques professionnels transcrits dans le document unique.

La connaissance de l’accidentologie et des maladies professionnelles permet ainsi de mieux guider la prévention.

L’analyse des données recensées par l’assurance maladie met en évidence quelques facteurs de risques ressortant principalement :

  • un événement stressant, du type agression, menace ou braquage ;
  • pour les maladies professionnelles, les changements organisationnels et les modalités particulières de management (27 %), une charge de travail excessive (27 %), une mauvaise qualité des relations au travail (23 %).

Sur cette base, plusieurs pistes de prévention apparaissent pour les entreprises :

  • encourager les déclarations d’accidents du travail ou de maladies professionnelles, sous-déclarées selon l’assurance maladie. En effet, la connaissance de cette accidentologie est essentielle pour nourrir une démarche de prévention adaptée au travers de l’identification des causes ;
  • affiner l’évaluation des risques psychosociaux et les plans d’action en découlant ;
  • travailler en pluridisciplinarité, notamment avec les services de santé au travail, en analysant au mieux les données sociales, dont l’absentéisme. L’assurance maladie expérimente d’ailleurs une sensibilisation des entreprises sur les arrêts maladies qui seraient liés aux conditions de travail ;
  • veiller à la bonne réintégration des salariés après un arrêt consécutif à une affection psychique au travail.
Santé travail : enjeux et actions

Vous vous posez des questions sur les troubles psychiques liés au travail? Les Editions Tissot vous conseillent leur documentation « Risques psychosociaux ».