2019-10-22T05:49:26+02:00Rupture conventionnelle : l’employeur peut-il être assisté à l’entretien si le salarié ne l’est pas ?2019-10-21T07:54:00+02:00L’une des étapes de la rupture conventionnelle consiste à recevoir le salarié au cours d’un entretien. Si vous avez la faculté de vous faire assister lorsque le salarié l’est lui-même, qu’en est-il si vous êtes accompagné lors de l’entretien alors que votre salarié est venu seul ?Conventions collectives : quelles sont les primes à maintenir en cas de transfert d’entreprise ?2019-10-21T07:35:00+02:00En cas de cession ou de reprise d’entreprise, les contrats de travail sont automatiquement transférés au nouvel employeur. Mais après le transfert, quels éléments de rémunération le salarié peut-il prétendre garder ? La réponse se trouve souvent dans la convention collective, à condition de savoir l’interpréter correctement…Avertissement après l’entretien préalable : respectez les étapes de la procédure disciplinaire2019-10-21T07:12:00+02:00L’avertissement étant une sanction mineure, il n’est pas nécessaire, sauf exception, d’organiser un entretien préalable. Toutefois, si vous choisissez de convoquer le salarié à un entretien, vous devez respecter la procédure disciplinaire, notamment les délais de la notification de la sanction.Rupture conventionnelle : déjouez les pièges !2019-10-21T06:55:00+02:00Alternative au licenciement et à la démission, la rupture conventionnelle nécessite l’accord commun du salarié et de l’employeur. Ce double accord ne vous garantit pas pour autant une totale sérénité. En effet de nombreux pièges doivent être évités lors de la conclusion de la rupture conventionnelle notamment pour régler ses différents aspects financiers. Venez les découvrir et en discuter avec nous lors de notre webinaire gratuit.Jours fériés : gérer le 1er et le 11 novembre2019-10-21T06:30:00+02:00Profitons des jours fériés du mois de novembre pour vous rappeler quelques règles concernant leur gestion. Les jours fériés sont-ils obligatoirement chômés ? Comment sont-ils payés ? Des réponses qui dépendent souvent d’un accord d’entreprise ou de la convention collective applicable dans votre entreprise.Maladies professionnelles : les conditions de prise en charge2019-10-18T08:59:00+02:00Le salarié bénéficie d’une présomption d’imputabilité quant au caractère professionnel de sa maladie si celle-ci remplit l’intégralité des critères figurant aux tableaux des maladies professionnelles. Qu’en est-il lorsque une ou plusieurs de ces critères ne sont pas remplis ? Illustration avec une pathologie relevant du tableau 42 des maladies professionnelles.Salarié qui part en vacances pendant un arrêt maladie : une cause de licenciement ?2019-10-18T07:58:00+02:00Alors qu’un salarié est en arrêt maladie, vous découvrez qu’il est en voyage à l’étranger. Votre premier réflexe est de vouloir le sanctionner. Mais en avez-vous vraiment le droit ?Salaires minimaux des ouvriers et ETAM de la métallurgie : les dernières modifications2019-10-17T09:11:00+02:00Contrairement aux ingénieurs et cadres, les salaires minimaux des ouvriers et ETAM de la métallurgie sont fixés au niveau territorial. Pour être sûr d’appliquer les bonnes grilles, retrouvez toutes les dernières modifications parues sur les salaires et les primes d’ancienneté.Un dispositif collectif d’intéressement peut-il entrer dans l’assiette de calcul de l’indemnité de licenciement d’un cadre de la métallurgie ?2019-10-17T08:50:00+02:00En cas de licenciement, sauf faute grave ou lourde, vous devez verser au salarié une indemnité de licenciement. Qu’elle soit d’origine légale, conventionnelle ou contractuelle, l’indemnité de licenciement se détermine par rapport à un salaire de référence. Mais quelles sont les sommes à prendre en compte dans l’assiette de calcul ?Préavis des ingénieurs et cadres de la métallurgie : applique-t-on la durée de la convention ou du contrat de travail ?2019-10-17T08:23:00+02:00Le préavis est la période durant laquelle le contrat de travail continue de produire ses effets, alors même que l'une des parties a notifié à l'autre sa décision de le rompre. En cas de licenciement (sauf pour faute grave ou lourde), des durées minimales sont fixées par le Code du travail, bien souvent complétées par la convention collective. Mais qu’en est-il quand le contrat de travail prévoit des dispositions différentes ?