Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Rémunération métallurgie

Salaires 2018 des ingénieurs et cadres de la métallurgie : l’accord est signé !

par

L’accord fixant les salaires minima des ingénieurs et cadres de la métallurgie à compter de l’année 2018 a été signé le 13 juillet dernier. Découvrez les différents barèmes applicables à compter de cette année.

Salaires des ingénieurs et cadres pour 2018 : négociations retardées

La négociation des salaires des ingénieurs et cadres pour 2018 a débuté dès décembre 2017 avec la signature d’un procès-verbal d’accord par les partenaires sociaux le 9 janvier 2018. Mais la non-publication de la représentativité des organisations syndicales pour la convention collective des ingénieurs et cadres de la métallurgie avait empêché la signature finale de l’accord.

La Direction Générale du Travail (DGT) a fini par notifier aux partenaires sociaux de la branche les « poids d’audience » de ces organisations début juillet. L’accord final a donc été signé le 13 juillet 2018 par l’UIMM d’un côté et les organisations syndicales CFE-CGC, CFDT et FO de l’autre.

Les grilles des salaires minima des ingénieurs et cadres sont revalorisées de 1,2 % à compter de 2018, par rapport à l’accord de 2017.

Salaires des ingénieurs et cadres pour 2018 : les nouveaux barèmes

Les barèmes sont applicables proportionnellement en cas de survenance en cours d'année d'une entrée en fonction, d'un changement de classement, d'une suspension du contrat de travail, d'un départ de l'entreprise, ainsi qu'en cas de remplacement provisoire (article 25 de la convention collective nationale des ingénieurs et cadres de la métallurgie). Afin de s’assurer que l’ingénieur ou le cadre perçoit bien une rémunération au moins égale à ces minima, la vérification doit se faire en fin d'année ou, en cas de départ de l'entreprise en cours d'année, à la fin du contrat de travail.

Base 35 heures

Pour les entreprises appliquant une durée hebdomadaire de travail effectif de 35 heures (151,66 heures par mois), le nouveau barème, également appelé « barème de principe » fixe une rémunération de 28 104 euros pour le coefficient.

Forfait annuel en heures

Pour une durée annuelle de travail comprise entre 1 607 et 1 767 heures, le coefficient 100 est porté à 32 320 euros à compter de 2018 (incluant la majoration de 15 % prévue pour ce type de forfait).

Notez-le
Dans les entreprises soumises à la durée légale du travail de 35 heures, ce barème s'applique aussi aux salariés ayant conclu une convention de forfait en heures sur le mois sur une base moyenne mensuelle d'au moins 160 heures.

Pour une durée annuelle de travail comprise entre plus de 1 767 heures et 1 927 heures, le coefficient 100 est, quant à lui, porté à 36 536 euros (incluant la majoration de 30 % prévue pour ce type de forfait).

Forfait annuel en jours

Le barème est établi sur une base de 218 jours de travail sur l’année. Il est applicable pour les ingénieurs et cadres à temps plein, quel que soit le nombre de jours sur l'année prévu par le contrat de travail, dans le cadre d'un forfait en jours sur l'année. Il ne concerne que les ingénieurs et cadres classés à partir du coefficient 80.

A partir de 2018, la rémunération minimale du salarié classé au coefficient 100 est de 36 536 euros (incluant la majoration de 30 % prévue pour ce type de forfait).

Forfait sans référence horaire

Ce dernier barème s’adresse aux salariés cadres dont le niveau de responsabilités ainsi que la grande autonomie dans l’organisation de leur emploi du temps et la prise de décisions, impliquent qu’ils ne peuvent être soumis à la réglementation sur la durée du travail.

Pour ces salariés, la rémunération du coefficient 100 est fixée à 43 632 euros à partir de 2018.

Ce barème ne s’appliquent pas les cadres classés aux coefficients 60, 68 et 76 et inclut la majoration de 30 % prévue pour ce type de forfait.

Important
Pour tous les salariés ayant signé une convention au forfait (en jours sur l’année, en heures sur l’année et sans référence horaire), les barèmes incluent la journée de solidarité prévue par l’article L. 3133-7 du Code du travail.

Vous pouvez retrouver cet accord 13 juillet 2018 dans les conventions collectives des Editions Tissot ou le télécharger ici :

Accord du 13 juillet 2018 relatif aux appointements annuels minimaux garantis à partir de l'année 2018 des ingénieurs et cadres de la métallurgie


Accord du 13 juillet 2018 relatif aux appointements annuels minimaux garantis à partir de l'année 2018 des ingénieurs et cadres de la métallurgie