Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Salaire moyen et écarts de rémunération dans les conventions collectives : où vous situez-vous ?

Publié le par dans Conventions collectives.

Comme chaque année, une étude de la DARES fournit le portrait statistique des principales conventions collectives de branche. Elle met une nouvelle fois en lumière les écarts de salaire qui existent entre les branches d’activité.

Conventions collectives : des branches professionnelles très contrastées

Fin 2014, un peu plus de 15 millions de salariés étaient couverts par une convention collective de branche, hors branches agricoles (712 conventions au total). Des branches de taille très variable : 74 % des salariés sont ainsi regroupés au sein des 65 conventions les plus grosses, tandis que la centaine des conventions les plus petites couvre moins de 0,2 % de salariés !

Dans les 57 conventions collectives de branche couvrant 50 000 salariés ou plus, les caractéristiques des salariés ont peu évolué par rapport à 2013. Ainsi, 21 branches se caractérisent par une nette surreprésentation de cadres (8 d’entre elles) ou d’employés (6) ou bien d’ouvriers. A titre d’exemple, au sein de la branche des télécommunications et bureaux d’études techniques (SYNTEC-CINOV), près de 60 % des salariés sont cadres. Inversement, la prévention et la sécurité ou encore la restauration rapide sont des branches où au moins 80 % des salariés sont employés.

Autre élément de décalage : les profils des salariés. On constate en effet que d’une branche à l’autre, la proportion des femmes et celle des salariés de moins de 30 ans varie fortement. La part des femmes est ainsi inférieure à 10 % dans les conventions collectives concernant les ouvriers du bâtiment et des travaux publics. En revanche, les pharmacies d’officine ou encore les cabinets médicaux emploient plus de 80 % de femmes.

Quant aux taux de CDD et de temps partiel, ils s’échelonnent respectivement de 1 à 19 % et de 4 à 63 %. Le temps partiel est très fréquent dans la restauration rapide (63 %) et les entreprises de propreté et services associés (61 %).

Conventions collectives : les écarts de salaire restent marqués

Au-delà de ces profils socio-démographiques très contrastés, la DARES aborde le sujet des salaires moyens. En 2014, dans l’ensemble des conventions collectives de branche, le salaire net moyen d’un équivalent temps plein (EQTP) est de 2240 euros par mois (hors apprentis). Comme les années précédentes, au sein d’une même catégorie socio-professionnelle, les écarts de salaire moyen par branche restent marqués, en particulier pour les cadres.

Un écart de salaire qui demeure également important selon les sexes. Ainsi, le salaire net mensuel d’une femme en EQTP est en moyenne inférieur de 19 % à celui d’un homme. Cet écart de salaire net entre les femmes et les hommes baisse régulièrement depuis 2008. En 2014, il a diminué dans 82 % des branches de 50 000 salariés ou plus mais il reste supérieur à 25 % dans 8 branches.

Il n’en reste pas moins qu’à catégorie socio-professionnelle donnée, l’écart salarial femmes-hommes s’accentue avec l’âge. C’est particulièrement vrai chez les cadres.


Dans le secteur de la banque, le salaire mensuel net moyen est de 3311 euros pour les hommes cadres de moins de 30 ans et de 2818 euros pour les femmes cadres de moins de 30 ans.
Chez les cadres de 30 à 49 ans, il est de 5942 euros pour les hommes et de 4183 euros pour les femmes.
Un écart encore plus creusé après 50 ans, avec un salaire net moyen de 6716 euros pour les hommes cadres contre 4525 euros pour les femmes cadre.

Un écart qui se retrouve, mais de façon moins marquée, dans les autres catégories socio-professionnelles. Par comparaison, dans les transports aériens personnels au sol, le salaire mensuel net moyen d’un employé de moins de 30 ans est de 1804 euros pour les hommes et de 1742 euros pour les femmes. Après 50 ans, il est de 3210 euros pour les hommes et de 3088 euros pour les femmes.

Enfin, dernier constat : plus l’entreprise est grande, plus les salaires nets moyens sont élevés et plus la dispersion des salaires est importante. Au sein de chaque branche professionnelle, l’éventail des salaires est d’autant plus ouvert que les salaires nets moyens sont élevés…


Marie Coste

Fiches statistiques des conventions collectives de branche 2014 (DARES – 7 février 2017)