Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Période d’essai : une fois, c’est suffisant !

Publié le par dans Contrat de travail.

Vous avez été très satisfait d’un salarié embauché il y a quelques mois en CDD. La personne qu’il remplaçait étant de nouveau en arrêt de travail, vous souhaitez le réembaucher : est-il possible de prévoir une nouvelle période d’essai pour ce second contrat ?

La période d’essai permet à l’employeur de tester le salarié avant de l’engager définitivement. Elle permet au salarié de savoir si, une fois dans l’entreprise, le poste pour lequel il a été recruté correspond à ses attentes.

L’une des particularités de la période d‘essai est que les deux parties sont, sauf dispositions contraires du contrat de travail ou de la convention collective, libres de rompre unilatéralement le contrat, sans motif, ni indemnité.

Dans le cas où un salarié a déjà été embauché avec une période d’essai, il n’est pas possible qu’il soit réembauché avec une nouvelle période d’essai s’il occupe le même emploi.

Cette règle vaut quelque soit le type de contrat de travail : CDI, CDD, mais aussi intérim.
Vous avez déjà eu l’occasion de le tester une première fois et, si vous lui proposez de nouveau de travailler pour vous, c’est bien que vous avez été satisfait de ses services.

Si l’emploi proposé est différent, vous avez donc la possibilité d’inclure une nouvelle période d’essai.

Attention : ne confondez pas avec le renouvellement de la période d’essai, qui permet de prolonger cette période pour un même contrat de travail.

(Code du travail, art. L. 1221–19 à L. 1221–26, L. 1242–10)


Pour vous aider à gagner du temps, les Editions Tissot vous proposent leur ouvrage « Modèles commentés pour la gestion du personnel », dans lequel vous trouverez des modèles de lettres (renouvellement, rupture de la période d’essai, etc.) complets et à jour.


Article publié le 25 février 2009