Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

La digitalisation : bienfaiteur de la fonction RH ?

Publié le par dans Temps de travail.

Manque de temps, surcharge de travail... Le digital est-t-il une réelle opportunité pour les RH ? Caroline ACS, directrice générale des Editions Tissot, nous donne sa position.

Ah, le digital ! Ce buzz word dont on ne sait plus toujours ce qu’il recouvre. Malheur à qui n’a pas « fait sa transformation digitale » entend-on souvent.

Ma conviction est que le digital n’est qu’un outil et qu’il n’est pas inutile de le répéter encore et encore ; à charge pour chaque entreprise d’identifier l’opportunité de s’en emparer pour mieux se concentrer sur ses missions à plus forte valeur ajoutée.

Cela dit, au sein de l’entreprise, un service en particulier gagnerait à avoir recours au digital : les RH. En effet, la majorité des RH se plaignent du manque de temps pour exercer leur fonction comme ils le souhaiteraient (1). Un paradoxe est clairement identifié : la gestion administrative est la tâche qui leur prend le plus de temps alors même qu’ils souhaiteraient se consacrer davantage à des missions tournées vers l’humain (formation, qualité de vie au travail, gestion des compétences…). Cela tombe bien : le digital ne remplacera jamais l’humain, alors qu’il s’avère très efficace pour gérer des process et stocker des informations.

Mais alors, pourquoi la fonction RH n’est-elle pas davantage digitalisée aujourd’hui ?

Les arguments avancés sont parfois réalistes mais tournent parfois au RH bashing.

Les RH opposent un frein à la digitalisation ? Faut-il rappeler que la paie, autre mission rattachée aux RH a été l’une des toutes premières à être dématérialisée dans les entreprises. Le service RH peut donc être vu comme précurseur en matière d’appropriation d’outils informatiques.

Une crainte quant à la sécurité des données ? 1 RH sur 2 craint pour la sécurité des informations collectées car particulièrement confidentielles et parfois sensibles. Les garanties avancées par les fournisseurs de solutions digitales ne semblent pas suffisamment rassurantes à ce stade.

Le manque de budget ? C’est certainement là la principale raison ; les investissements des entreprises pour se digitaliser ont été priorisés en fonction du ROI attendu. Plus facile de le mesurer avec un CRM qu’avec des outils facilitant le quotidien des RH. Il s’agit donc d’une question de priorité et non d’un manque de motivation des RH.

Une appréhension du changement de pratique ? Cet argument-là est également compréhensible et vrai, quelle que soit la fonction dans l’entreprise. A voir dans quel sens penche la balance entre le gain de temps et d’efficacité apporté par un nouvel outil versus son appropriation.

Une offre de produits et services très (trop ?) large ? Il est vrai qu’entre la gestion des absences et congés et un chatbot doté d’intelligence artificielle, l’éventail est large. Revenir aux basiques, s’interroger sur ce qui est chronophage et à faible valeur ajoutée parmi toutes les missions des RH et identifier alors les moyens de s’en soulager est certainement la voie la plus sage.

La gestion administrative, nouvelle frontière de la digitalisation RH

Les RH peuvent faire du digital un réel allié. Ils disposent d’une formidable opportunité de renouer avec la raison d’être de leur métier et leur principale motivation pour cette fonction. Se libérer des difficultés quotidiennes, en priorité liées à la gestion administrative, pour se consacrer davantage à l’humain est désormais tout à fait accessible.

Vous souhaitez interagir ou commenter cette tribune ? Nous vous invitons à exprimer vos réactions sur Linkedin.


(1) 66,9 % des 330 répondants au sondage administré par les Editions Tissot en Mai 2018.