Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Heures complémentaires et heures supplémentaires, quelles différences ?

Publié le par dans Temps de travail.

Heures complémentaires et heures supplémentaires sont deux notions qui sont souvent confondues à tort. Mais alors, quelle est la différence entre celles-ci ?

J’ai à l’esprit que les heures supplémentaires tout comme les heures complémentaires, sont des heures effectuées au-delà de la durée du travail dans le contrat de travail. Quelle est donc la différence entre ces deux notions ?

La confusion est fréquente. S’il est vrai que les heures tant supplémentaires que complémentaires sont des heures effectuées au-delà de la durée du travail prévue au contrat, elles ne doivent pas être confondues.

En effet, les heures supplémentaires concernent vos salariés qui sont à temps plein alors que les heures complémentaires concernent vos salariés à temps partiel. De plus, leurs contreparties et limites ne sont absolument pas les mêmes.

Voici les principales caractéristiques de ces deux notions.

Les heures supplémentaires

Toute heure accomplie par vos salariés à temps plein au-delà de la durée légale de 35 heures ou de la durée équivalente dans votre entreprise est une heure supplémentaire.

Important
Vos salariés en forfait annuel en jours et les cadres dirigeants ne sont pas concernés par les heures supplémentaires.

Ces heures peuvent être accomplies dans une certaine limite, que l’on appelle le contingent annuel, lequel est, en principe, défini par accord collectif d’entreprise ou de branche. À défaut d'accord ou de convention, le contingent est fixé à 220 heures par salarié et par an.

La rémunération des heures supplémentaires est majorée. Les taux de majoration sont fixés par accord collectif d'entreprise ou d'établissement (ou, à défaut, par convention ou accord de branche). Chaque taux est au minimum fixé à 10 %. En l’absence de dispositions conventionnelles, les taux de majoration horaire sont fixés par le Code du travail.

Une alternative au paiement majoré des heures supplémentaires est possible. Lorsqu’un accord le prévoit la rémunération des heures supplémentaires peut être remplacée, en tout ou partie, par un repos compensateur équivalent, que l’on appelle le repos compensateur de remplacement.

De plus, retenez que lorsque vous faites accomplir des heures supplémentaires au-delà du contingent, vous devez impérativement accorder à vos salariés une contrepartie en repos.

Votre salarié est tenu de les accomplir, sauf en cas d’abus de votre part.

Les heures complémentaires

Vos salariés à temps partiel peuvent être amenés à travailler au-delà de la durée de travail prévue dans leur contrat de travail. Dans un tel cas, ils effectuent des heures complémentaires.

Retenez que les heures complémentaires peuvent être effectuées dans la limite de 1/10e de la durée hebdomadaire ou mensuelle de travail contractuellement prévue (par exemple, pour une durée contractuelle de 20 heures par semaine, votre salarié ne peut pas effectuer plus de 2 heures complémentaires). Toutefois, sachez que cette limite peut être portée au 1/3 de la durée hebdomadaire ou mensuelle par convention ou accord collectif. Vous devez donc nécessairement vous reporter aux dispositions conventionnelles applicables dans votre entreprise.

De plus, les heures complémentaires ne doivent en aucun cas porter la durée de travail de votre salarié au niveau de la durée légale ou conventionnelle (dans ce dernier cas, si elle est inférieure) applicable au sein de votre entreprise.

Lorsque votre salarié à temps partiel effectue des heures complémentaires, celles-ci donnent lieu à une majoration de salaire dont le taux ne peut être inférieur à 10 %. A défaut de dispositions conventionnelles, le taux applicable est le taux qui a été règlementairement fixé.

Enfin, ayez à l’esprit que votre salarié a le droit de refuser d'effectuer des heures complémentaires :

  • si vous l’avez informé moins de 3 jours avant la date à laquelle les heures complémentaires sont prévues ;
  • ou si les heures complémentaires sont accomplies au-delà des limites fixées par le contrat de travail.

Le refus de votre salarié pour l'un de ces motifs ne constitue ni une faute, ni un motif de licenciement.

A contrario, il ne peut pas refuser d'effectuer les heures complémentaires si vous l’avez informé au moins 3 jours avant et que les heures sont effectuées dans les limites prévues au contrat.

Voilà, les différences entre les heures supplémentaires et les heures complémentaires n’ont plus de secret pour vous.