Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Grève : gérer les absences liées à la pénurie de carburant

Publié le par dans Congé, absence et maladie.

Blocage des sites pétroliers et des raffineries, manifestations… La grève contre la loi Travail entraîne des perturbations dans le quotidien des salariés : impossibilité d’aller travailler, pénurie des matières premières qui entraine des arrêts de travail, etc. Ces heures perdues ne sont pas rémunérées sauf à s’organiser : poser des congés payés, des RTT, organiser le télétravail, l’activité partielle…

La mobilisation contre la loi Travail a des répercussions sur le fonctionnement des entreprises, notamment liées à la pénurie de carburant. Certains salariés ne peuvent plus venir travailler.

Sachez qu’un salarié absent ou en retard du fait de la grève contre le projet de loi El Khomri ne commet pas une faute. Vous ne pouvez donc pas le sanctionner. Il est toutefois important qu’il vous informe de ses absences.

   
Sauf dispositions particulières de votre convention collective ou du règlement intérieur, vous n’êtes pas tenu au paiement des heures d’absence.

Toutefois, il existe d’autres solutions que de diminuer la rémunération des salariés touchés par cette mobilisation contre la loi Travail.

Pénurie de carburant : organiser autrement le transport des salariés

Beaucoup de salariés se déplacent en voiture. Du fait de la pénurie d’essence, il faut repenser la façon de se déplacer. Certains ont la possibilité d’emprunter les transports en commun, d’autres se rendent à pied ou en vélo à leur travail.

Mais ces solutions ne peuvent pas s’adapter à tous les salariés. Certains rencontrent des difficultés pour se rendre à leur travail, faute de transport en commun et leur lieu de travail est très éloigné de leur domicile.

Il existe une dernière solution de transport : le covoiturage. Un salarié qui dispose d’un véhicule électrique ou avec une motorisation hybride passe peut être près de chez eux. Pour économiser le carburant, les salariés peuvent utiliser chacun leur tour leur véhicule pour se rendre au travail. Communiquez sur ces possibilités à vos salariés.

Vous pouvez également prendre l’initiative d’organiser le transport de vos salariés en mettant en place un système de navette qui permettrait de prendre les salariés à leur domicile ou à un autre point de rencontre.

Pénurie de carburant : prise de congés payés ou jours de RTT

Le salarié peut décider de poser un jour de congé payé, un jour de RTT (pris pour partie au choix du salarié).

Attention, vous ne pouvez pas décider seul que le salarié est en congés payés. En effet, vous avez besoin de son accord pour décompter ces absences de ses congés payés.

La situation est exceptionnelle et le Code du travail ne prévoit pas toutes ces situations. Mais vous pouvez peut-être vous arranger avec vos salariés, en les faisant notamment récupérer les heures perdues en partant un peu plus tard le soir, travailler exceptionnellement à domicile, etc.

Pénurie de carburant : la solution du télétravail

Le télétravail permet au salarié de réaliser tout ou partie de ses tâches en dehors de l’entreprise. Mais le télétravail ne s’improvise pas. Il ne peut être imposé ni au salarié, ni à l’employeur. Les représentants du personnel doivent être consultés, il faut signer un avenant au contrat de travail, etc. Ce n’est peut-être pas la meilleure solution dans une telle situation exceptionnelle.

Pénurie de carburant : l’activité partielle si l’entreprise rencontre des difficultés d’approvisionnement

Avec la pénurie de carburant, certaines entreprises ne sont pas livrées ou livrées avec retard car les chauffeurs passent du temps à faire le plein de leur réservoir.

La pénurie de carburant peut conduire les entreprises à réduire leur activité en raison de difficultés d’approvisionnement. Dans une telle situation, il y a l’activité partielle.

Pour recourir à l’activité partielle, vous devez en premier lieu consulter vos représentants du personnel. Vous devez ensuite adresser au préfet une demande préalable d’autorisation en précisant :

  • les motifs de recours à l’activité partielle ;
  • la période prévisible de sous-activité ;
  • le nombre de salariés concernés.

Pour prendre les bonnes décisions en cas de grève, les Editions Tissot vous conseillent leur documentation « Gérer le personnel ».