Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Edito de mai : des femmes et des hommes

Publié le par dans Rémunération.

L’égalité professionnelle s’analyse traditionnellement au regard de l’intensité des différences (écarts de salaire, accès aux postes de direction, etc.) qui persistent entre hommes et femmes, le plus souvent d’ailleurs aux détriments de ces dernières, au sein des entreprises.

Dans le cadre d’une étude publiée en mars 2011 et intitulée « la place des hommes dans les accords d’entreprise sur l’égalité professionnelle », l’Observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises (ORSE) analyse des problématiques originales. Le document s’articule autour de deux questions :

  • « la mixité des métiers : un enjeu pour les hommes » (…) « qu’en est-il de l’accès des hommes aux emplois à prédominance féminine » ;
  • « la parentalité : impliquer les pères dans l’égalité, une démarche en cours… ».

Certes, l’étude ne porte que sur des entreprises qui se sont engagées dans une « démarche vertueuse » mais pour une fois la conclusion est encourageante : « la question de l’égalité entre les femmes et les hommes dans le travail (…) est mieux intégrée ».

Malheureusement, l’actualité récente vient apporter un tout autre éclairage et nous montre que le chemin conduisant à l’égalité sera encore long.

Une enseignante s’étonnant de ne pas avoir été destinataire, comme ses collègues, d’une lettre l’informant qu’un poste de professeur se libérait dans son académie s’est émue de la situation auprès de son inspectrice. Voici un extrait de la réponse :

« Chère collègue,
Ce n’est pas un oubli de ma part, ce poste demande une énorme charge de travail très peu compatible avec le métier de mère de famille (même si les choses évoluent c’est très lent), je ne l’ai donc signalé qu’à des collègues hommes ou des collègues « femmes » sans enfants, c’est sûrement une vision très passéiste mais très réaliste ».

L’inspectrice a reconnu avoir commis « une maladresse ».

C’est le moins qu’elle pouvait faire.


Par Philippe LAFONT - Consultant en droit social