Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Edito de juillet : effet d’annonce

Publié le par dans Congé, absence et maladie.

« Si vous prenez soin de vos salariés, ils prendront soin de vos intérêts ». Passant de la théorie à la pratique, il y a presque un an le PDG de VIRGIN, Richard BRANSON, annonçait aux salariés de son groupe la possibilité de prendre autant de congés qu’ils le souhaitaient et cela sans avoir à obtenir l’aval préalable de leur supérieur avec toutefois la condition qu’ils soient à jour dans leurs projets. Richard Branson vient très récemment de récidiver.

Après les congés payés, cette fois, la nouvelle cible de Richard Branson est le congé paternité.

Son nouveau dispositif autorise les jeunes pères à prendre un an de congé paternité tout en conservant l’intégralité de leur rémunération pendant un an. En réalité, il s’agit d’une expérimentation qui est doublement encadrée. D’une part, elle est réservée aux seuls salariés de certaines entités du groupe et, d’autre part, elle est soumise à des conditions d’ancienneté. Sans remettre en cause la sincérité des bons sentiments du charismatique chef d’entreprise, nous nous interrogeons sur ses réelles motivations.

Paternalisme moderne ou « coups de pub » ?

Il est incontestable que la communication sociale est devenue une formidable arme marketing. Nous pouvons légitimement poser la question suivante : qui est la cible, le salarié ou le client ?

Déjà, en mai dernier nous émettions quelques réserves sur le caractère désintéressé d’une augmentation massive de salaire annoncée à grand renfort de tambours et trompettes. Pour plus de précision, consultez notre article « Edito de mai : contagion ».

Beaucoup d’entreprises ont décliné une réelle politique sociale en leur sein sans le crier sur les toits de la planète entière. En ce sens, les réseaux sociaux et autres supports numériques ont profondément bouleversé les choses, pas toujours pour le meilleur.


Par Philippe LAFONT – Consultant en droit social