Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Conventions collectives : la DARES publie une étude sur l'évolution des salaires par branche professionnelle en 2018

Publié le par dans Conventions collectives.

Comme chaque année, la DARES dévoile son étude relative à l'évolution des salaires de base en fonction des branches professionnelles. En 2018, les deux faits marquants ont été une légère accélération de la hausse des salaires et un pouvoir d’achat stabilisé.

Conventions collectives : en 2018, une légère accélération du salaire mensuel de base

Au 4e trimestre 2018, le salaire mensuel de base (SMB) dans les entreprises de 10 salariés ou plus progresse de 1,6 % par rapport à l’année précédente, après +1,4 % fin 2017.

Rappel
Le salaire mensuel de base est défini comme le salaire brut hors primes (sauf les indemnités différentielles de salaire), hors avantages en nature. Il correspond très souvent à la première ligne du bulletin de salaire.

Dans presque trois quarts des branches regroupées (qui représentent 66 % des salariés couverts), la hausse du salaire mensuel de base en 2018 est supérieure ou égale à celle de 2017.

Les plus fortes croissances du salaire mensuel de base (+ 2,1%) ont ainsi pu s'observer au sein :

  • d'une part, du regroupement de branches « professions juridiques et comptables » ;
  • d'autre part, de celui de la « métallurgie et sidérurgie ».

Comme l'année précédente, en 2018, la progression des salaires est plus soutenue dans les branches industrielles que dans les branches du secteur tertiaire. Une progression particulièrement sensible dans les grands regroupements suivants : « métallurgie et sidérurgie » (+2,1 %), « plastiques, caoutchouc et combustibles » et « chimie et pharmacie » (+1,8 % chacun). S'agissant de ce dernier regroupement, un accord a été signé dans les pharmacies d’officine après une absence d’accord en 2017.

Notez-le
L'absence de signature d’accord salarial explique souvent la stagnation du salaire de base, mais pas toujours. Ainsi, la branche des services, bureaux d’études et sociétés de conseil a connu en 2018 une progression légèrement supérieure à la moyenne, alors que cette branche n’a pas signé d’accord cette année-là. Cette situation s'explique par une surreprésentation des cadres dans ce secteur, avec une individualisation des salaires soutenue.

Enfin, la progression du SMB varie toujours en fonction des catégories socioprofessionnelles. Cette progression reste plus élevée pour les cadres et les ouvriers que pour les autres catégories. Deux facteurs peuvent expliquer en partie ces différences d’évolution : le dynamisme des conventions collectives du secteur de l’industrie, mais également la prééminence de la négociation individuelle dans les branches tertiaires qualifiées.

Notez-le
Conventions collectives : en 2018, stabilité de la hausse des minima conventionnels

Contre toute attente, l'accélération du salaire mensuel de base en 2018 ne s’accompagne pas de gains en termes de pouvoir d’achat. La raison ? En parallèle, l’indice des prix hors tabac de l’ensemble des ménages a également connu une forte augmentation, de 1,6 % en 2018 (contre +1 % en 2017). Or, le SMB réel intégrant l’évolution des prix hors tabac, il reste stable en 2018.

Par ailleurs, l'année 2018 a été marquée par la seule revalorisation annuelle du SMIC au 1er janvier 2018. En effet, l'inflation étant restée contenue au-dessous de 2 %, il n'a donc pas été nécessaire de recourir au mécanisme de relèvement du SMIC en cours d’année.

Conséquence pratique : les partenaires sociaux n'ont pas eu besoin de se réunir pour signer des accords de branche intermédiaires de mise à niveau des minima conventionnels. La négociation salariale a donc surtout visé à acter la réévaluation annuelle du SMIC et à maintenir, autant que possible, les écarts hiérarchiques de la grille conventionnelle.

Notez-le
Depuis que la revalorisation annuelle du SMIC prend effet au 1er janvier, les augmentations des minima de branche sont le plus souvent programmées dans la foulée, en début d’année.

Enfin, malgré une inflation plus soutenue en 2018, les hausses de minima conventionnels ont été stables par rapport à 2017. En parallèle, ce sont à la fois moins de branches (233 accords contre 247 l'année précédente) et moins de salariés (9,9 millions après 11,7 millions en 2017) qui ont été concernés en 2018 par un relèvement des minima.

Etude de la DARES sur l’évolution des salaires de base par branche professionnelle en 2018

Etude DARES, août 2019, « Evolution des salaires de base par branche professionnelle en 2018 »