Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Ai-je le droit de licencier un salarié qui a menti sur son CV ?

Publié le par dans Embauche.

Embauche : les questions posées pendant l’entretien

Lors d’un entretien d’embauche, le candidat doit répondre de bonne foi aux questions que vous lui posez (Code du travail, art. L. 1221-6).

Ces questions doivent avoir pour finalité l’appréciation de ses capacités à occuper le poste proposé. Les informations demandées doivent être en lien direct et nécessaire avec l’emploi.

Notez-le
Le candidat n’est pas tenu de répondre aux questions qui n’ont pas de lien avec le poste proposé.
Une lecture approfondie du CV et de la lettre de motivation devrait vous permettre de poser les bonnes questions.

Pour bien mener vos entretiens d’embauche, les Editions Tissot vous conseillent la documentation « Management : Gérer son équipe au quotidien » qui vous donne notamment les étapes clés pour réussir l’entretien d’embauche.

Embauche : et si le CV contient des informations mensongères ?

Mentir sur son curriculum vitae n’est pas en soi un motif de licenciement. Mais si le mensonge a été un élément déterminant dans votre décision de recruter un candidat, vous pouvez engager une procédure.

Oui, vous pouvez procéder au licenciement d’un salarié qui a menti sur son CV si cet élément mensonger a été déterminant dans votre décision de recruter.

Par exemple, si la personne ment plusieurs fois sur son expérience professionnelle, dissimule volontairement la réalité de sa situation professionnelle, invente une fonction chez un concurrent en sachant que cela peut faciliter son recrutement… Ces manœuvres dolosives justifient un licenciement pour faute grave car l’expérience professionnelle, malheureusement mensongère, a été déterminante dans le recrutement du salarié.